Le groupe Goron, spécialisé dans la sécurité privée, a élaboré le premier plan de prévention sûreté globale (PPSG) de France. Il s’agit d’une méthodologie permettant, lors d’une attaque armée, de mettre en sécurité les personnes en moins de 5 minutes dans l’attente des forces de l’ordre. Ce plan a été testé et validé, le 14 mars dernier, au cours d’un exercice mené au sein du centre commercial Ametzondo Shopping près de Bayonne. Cédric Sarda, expert sûreté chez Goron et directeur de projet du PPSG, revient sur son caractère innovant et détaille les principaux atouts de cette technique inédite. Interview.

Pourquoi Goron a-t-il mis au point le plan de prévention sûreté globale ?

Cédric Sarda : La plupart des sites qui accueillent du public ne sont pas prêts à faire face à des attaques, des tueries de masse… et ne feront que subir les événements.

Nous avons pensé qu’il fallait pouvoir anticiper avec un mode d’action spécifique. Lequel permettrait à la fois de mettre en sécurité rapidement le public en attendant l’intervention des forces de l’ordre, mais aussi de freiner la progression des personnes malveillantes sur un site. Avec un objectif : gagner un maximum de temps. 

Le plan de prévention sûreté globale de Goron vise à appliquer une méthodologie spécifique dans les grands sites (centres commerciaux, IGH…), et, finalement, dans tous les lieux potentiellement soumis à une menace. Une méthodologie qui place les agents de sécurité présents pendant un événement au cœur de l’action.

C’est d’autant plus essentiel que l’on sait par exemple que les unités d’intervention comme le GIGN ou le Raid peuvent mettre entre 30 min et 1 heure, voire plus, pour arriver. Les agents de sécurité privée peuvent tout à fait s’organiser et agir en attendant.

L’une des grandes originalités du PPSG est de s’appuyer sur les systèmes de sécurité incendie existants. Comment sont-ils utilisés concrètement ?

Nous sommes partis du principe qu’il est compliqué de proposer des dispositifs techniques supplémentaires aux directeurs de grands sites. Nous avons donc composé avec l’existant, à savoir les équipements dédiés à la sécurité incendie. Le plan de prévention sûreté globale de Goron s’appuie à la fois sur les systèmes de détection, et sur les équipements initialement destinés à isoler un feu, comme les volets et portes coupe-feu.

Ainsi, dès la détection d’un événement au PC, nous pouvons déclencher ce que l’on appelle un « code noir » duquel découle un ensemble d’actions. Par exemple, la fermeture des portes d’accès pour limiter les flux entrants de personnes, et la fermeture de certains équipements coupe-feu pour gêner la progression des personnes malveillantes. 

Le « code noir » prévoit aussi d’orienter des personnes vers les zones de confinement sécurisées, qui ont été déterminées à l’avance dans le cadre du plan. Toutes donnent sur une issue de secours pour faciliter l’évacuation. Et tout ceci est réalisé par les agents de sécurité présents.

C’est une première en France ! À ce jour, Goron est la seule société de sécurité privée à avoir élaboré un tel plan sur lequel les forces de l’ordre peuvent s’appuyer. La méthodologie constitue une véritable révolution en matière de sûreté.

Justement, en quoi le plan de prévention sûreté globale de Goron est-il particulièrement intéressant pour les forces de l’ordre, mais aussi pour les directeurs de site ? 

Pour les unités d’intervention et les secours, c’est un énorme avantage de disposer d’un plan qui localise précisément les personnes à secourir. Que de temps gagné ! D’ailleurs, la gendarmerie a validé notre plan, qui permet de mettre en sécurité un PC et les personnes en moins de 5 minutes. C’est extrêmement intéressant pour les forces de l’ordre d’intervenir dans un grand site qui s’est déjà mis en protection de façon autonome.

Pour les directeurs de sites, comme ceux des centres commerciaux, notre plan de prévention sûreté globale est totalement adaptable à chaque configuration. Ils peuvent donc élaborer le leur en s’appuyant sur cette méthodologie innovante.

Aujourd’hui, notre plan est totalement opérationnel et fonctionne.

Notre plan permet de mettre en sécurité un PC et les personnes en moins de 5 minutes

Cédric Sarda, expert sûreté chez Goron et directeur de projet du PPSG.

Ce point a été confirmé lors d’un exercice qui s’est déroulé dans le centre commercial Ametzondo Shopping à Saint-Pierre-d’Irube le 14 mars. Pourquoi avoir précisément choisi ce site, et quel était le scénario de l’exercice ? 

Le Groupe Ingka est le bailleur du centre commercial Ametzondo Shopping, et a donc en charge le volet sécurité du site. Le site comprend Carrefour, Ikea et 110 boutiques qui peuvent accueillir jusqu’à 15 000 personnes par jour.

Ingka est l’un de nos clients depuis 3 ans. Le groupe a fait confiance à Goron, et a servi de laboratoire pour élaborer le premier plan de prévention sûreté globale spécifiquement pour ce centre commercial. Ensuite, le sous-préfet de Bayonne, à qui nous avons présenté le plan, a souhaité le tester. 

Le test du plan s’est déroulé à Ametzondo Shopping le 14 mars 2023 entre 21 h et minuit. Il a notamment mobilisé 120 victimes potentielles (des élèves de lycées en filière sécurité), une centaine de policiers et gendarmes, les pompiers, le Samu. Bien sûr, les huit agents de sécurité privée Goron du centre commercial ont également activement pris part à l’exercice. 

Le scénario retenu était un échange de coups de feu entre bandes rivales dans un centre commercial, avec la présence supposée d’explosifs. Aucun des participants n’était au courant de la teneur du scénario. 

Dès la détection de l’événement, un agent de sécurité privée Goron a déclenché le « code noir ». Puis il a fait une annonce au micro audible dans tout le centre commercial pour permettre à ses collègues de réagir immédiatement en dirigeant le public vers les zones de confinement définies. 

Quels enseignements l’exercice a-t-il permis de tirer ?

Nous avons confirmé que notre plan était opérationnel. Ainsi, les agents de sécurité Goron ont effectivement mis en sécurité les personnes en moins de 5 minutes, en application du plan de prévention sûreté globale. Les forces de l’ordre ont donc établi qu’elles arrivaient bien sur un site où des actions avaient déjà été menées, et qu’elles disposaient de précieuses informations. 

Elles avaient connaissance de la présence de clients à l’intérieur, savaient où ils se situaient, et savaient par où les unités pouvaient pénétrer dans le bâtiment. Notre plan sécurise également leur intervention et leurs personnels grâce à une meilleure visibilité sur les événements. 

Aussi, les forces de l’ordre peuvent plus rapidement se focaliser sur la neutralisation des individus. 

Les forces de l’ordre ont établi qu’elles arrivaient sur un site où des actions avaient déjà été menées, et qu’elles disposaient de précieuses informations. 

Cédric Sarda, expert sûreté chez Goron et directeur de projet du PPSG.

Pensez-vous avoir ainsi démontré de façon très concrète que les acteurs de la sécurité privée sont de véritables partenaires des forces de l’ordre dans le cadre du continuum de sécurité ?

Totalement ! Mais en réalité, ce partenariat a débuté dès la conception du plan de prévention sûreté globale du centre commercial Ametzondo Shopping. Nous avons travaillé main dans la main avec les référents sûreté de la police et de la gendarmerie. Nous avons mené une réflexion commune dès cette étape pour savoir quels étaient les besoins de chacun. Un vrai mélange de compétences ! 

Avoir démontré que notre plan fonctionne illustre en effet qu’un grand acteur de la sécurité privée comme Goron peut partager son expertise avec les forces de l’ordre, au service de la sécurité des personnes et de la sûreté des grands sites. 

J’espère sincèrement que de nombreux directeurs de grands sites vont s’emparer de ce sujet. Ils disposent désormais d’un outil testé techniquement et validé. J’aimerais continuer à les sensibiliser en ce sens, et leur rappeler que l’on est toujours responsable de ce que l’on n’empêche pas d’arriver. 

Cédric Sarda

Expert sûreté chez Goron et directeur de projet du PPSG

Après 19 ans d'expérience dans la sécurité publique, Cédric Sarda s'est reconverti dans la sécurité privée, avec la sûreté pour spécialité. Formateur et expert opérationnel en la matière, il est également le créateur du premier "plan de prévention des risques attentatoires et intrusions d'individus armés dans les ERP, ERT et IGH".

Lire aussi

L’ingénierie sociale : le facteur humain
comme maillon faible de la sécurité des entreprises

Sécurité & Sûreté humaine
17 octobre 2023

La protection contre les cybermenaces passe nécessairement par une sécurisation des réseaux informatiques. Mais qu’en est-il du facteur humain ? Le personnel peut constituer un redoutable vecteur d’attaque, et les pirates l’ont bien compris. Aussi sournoises qu’efficaces, les tactiques d’ingénierie sociale exposent les organisations à des risques sérieux. En quoi consiste cette menace…