Le Club des Femmes de la Sécurité, Sûreté et du Numérique de l’ANITEC a lancé en avril 2019 une grande enquête en ligne. L’objectif :  avoir un aperçu de la manière dont sont perçues les femmes de la sécurité par les professionnels du secteur. Découvrez les chiffres de ce sondage dans une infographie réalisée par Rendre Notre Monde + Sûr.

Depuis quelques années, la féminisation des métiers de la sécurité/sûreté progresse, sûrement mais doucement. En effet, on compte encore trop peu de professionnelles dans les entreprises de sécurité : seulement 7,33 % des métiers de ce secteur sont exercés par des femmes. Celles-ci sont encore moins nombreuses à occuper des postes à responsabilité. En cause ? La profession souffre d’un véritable déficit d’image auprès des professionnelles, qui méconnaissent les opportunités de cette filière et sont découragées par le cliché du “métier d’hommes”.

Alors, comment les femmes sont-elles perçues dans le secteur de la sécurité/sûreté ?

Pour répondre à cette question, le Club des Femmes de la Sécurité, Sûreté et du Numérique de l’ANITEC — avec le soutien du groupe Goron — a lancé une grande enquête en ligne. L’objectif est d’évaluer la manière dont sont perçues les femmes de la sécurité par les professionnels du secteur.

Le sondage a été mené auprès de 430 répondants — hommes et femmes — , du 22 avril au 13 mai 2019. Découvrez les chiffres de ce baromètre, grâce à cette infographie réalisée par Rendre Notre Monde + Sûr.

Des efforts à faire pour encourager la place des femmes dans la sécurité

Les résultats de ce sondage se sont révélés encourageants quant à une future progression de la place des femmes dans la sécurité. Pour exemple, 97,2 % des répondants ont déclaré être enclins à recruter une femme dans leur entreprise, à des fonctions liées à la sécurité/sûreté. D’ailleurs, ceux-ci attendent des professionnels de la sécurité/sûreté des qualités principales identiques, que les candidats soient hommes ou femmes. En l’occurrence : la rigueur, le sens des responsabilités, ainsi que la communication et l’écoute active.

Alors, quelles sont les pistes d’actions prioritaires pour attirer plus de profils féminins dans le secteur ? Les répondants estiment qu’il faut en priorité développer les actions de découverte des métiers de la sécurité, et ce, notamment auprès des jeunes générations. Pour mettre en place les conditions d’une féminisation saine du secteur, les entreprises ont également tout leur rôle à jouer pour promouvoir cette évolution et accompagner les professionnelles dans leurs démarches. C’est d’ailleurs tout l’objectif du Club des Femmes de la Sécurité, que vous aurez l’occasion de découvrir prochainement en vidéo sur notre plateforme.

Baromètre : comment sont perçues les femmes dans le domaine de la sécurité/sûreté ? – RNMPS

Lire aussi

La sécurité privée sur le chemin
de la féminisation, une route
encore longue

Une femme surveille les caméras de surveillance
Métiers & Formations
8 novembre 2022

L’écart entre les sexes perdure : la parité femmes-hommes ne sera pas encore pour demain dans le secteur de la sécurité privée. De nombreux efforts sont à fournir pour augmenter la représentation des femmes dans ces métiers. Malgré une discrète progression du taux de féminisation, le secteur reste aujourd’hui très masculin….

Cyberattaque : les 7 plaies
de la gestion de crise

LAUGERATLilian
Métiers & Formations
1 novembre 2022

La récente cyberattaque visant l’hôpital de Corbeil-Essonnes nous amène à comprendre quel est le rôle des différents acteurs en période de gestion de crise. Cet événement est devenu par sa nature un véritable cas d’école. Il devrait nous permettre de prendre un peu (voire beaucoup) de hauteur pour définir dès…

Anticipation de crise : analyse prédictive
et cartographie des risques

Lilian LaugeratPrésident de Solace et expert en gestion des risques sûreté
Métiers & Formations
4 octobre 2022

Face à un monde où tout semble se dérégler, et dans lequel les vagues de crises se succèdent, il devient difficile pour les entreprises d’appréhender l’avenir. Tous les acteurs impliqués expriment le souhait de pouvoir anticiper les crises, alors que plus de 6 entreprises sur 10 en ont déjà subi….