Abonnez-vous à notre
Newsletter

[Infographie] Quels sont les nouveaux visages de la cybercriminalité en 2020 ?

Toujours plus dépendantes des technologies de l’information et de la communication, les entreprises sont également confrontées aux risques de cyberattaques. En face, les hackers rivalisent d’imagination, et se réinventent chaque jour pour contourner les systèmes de cybersécurité. Rendre notre monde + sûr décrypte les nouvelles menaces numériques qui pèsent sur elles. 

Les cyberattaques ne sont plus des chimères. Plus que jamais, elles représentent une menace sérieuse pour la pérennité des entreprises, entraînant d’importantes pertes financières, ou encore des dommages d’infrastructures informatiques. Mais quels sont les menaces numériques qui pèsent le plus sur les entreprises en 2020 ? Avec 79 % des sociétés qui en sont victimes, l’hameçonnage (définition ci-dessous) reste le type d’attaque le plus fréquent, selon une enquête de l’institut de sondage OpinionWay réalisée pour le Club des experts de la sécurité de l’information et du numérique (Cesin). Suivent l’arnaque au président (47 %), l’exploitation des vulnérabilités (43 %), et l’ingénierie sociale (35 %).

À l’avenir, les cybercriminels vont exploiter toujours davantage les appareils mobiles, le cloud et l’intelligence artificielle, pour mener leurs multiples attaques numériques, selon un communiqué de presse publié en octobre 2019 par l’entreprise de sécurité numérique Check Point. Les e-mails d’entreprise ne sont plus le principal vecteur d’attaques pour les cybercriminels. En effet, si les pare-feux des entreprises bloquent efficacement les potentielles attaques d’hameçonnages, les utilisateurs se montrent moins vigilants sur les appareils mobiles. Et les hackers en profitent.

Cette année, l’utilisation de deep fake (définition ci-dessous) devrait également exploser, selon les prévisions du cabinet de conseil Gartner. Utilisée lors de campagnes de désinformation, mais aussi contre des entreprises, cette technologie de synthèse d’image permet de créer de fausses vidéos mettant en scène des personnalités, pour nuire à leur réputation ou à celle d’entreprises. De quoi tenir les professionnels de la sécurité informatique en alerte. 

>>> Lire aussi Comment les entreprises perçoivent-elles la cybersécurité