À l’heure où les cyberattaques se perfectionnent et gagnent en fréquence, la sécurisation des systèmes informatiques s’impose comme une priorité absolue pour toutes les entreprises. Chaque vulnérabilité représente une menace, et une seule faille peut ouvrir la porte à des conséquences désastreuses. C’est dans ce contexte qu’interviennent les audits de cybersécurité, cruciaux pour toute organisation soucieuse de se protéger efficacement des cyberattaques. En quoi consiste cette évaluation pointue ? Quelles sont les différentes méthodes pour mener à bien un audit de sécurité informatique ? Éclairage.

Qu’est-ce qu’un audit de cybersécurité ? 

Par définition, un audit désigne une opération d’inspection et de diagnostic menée sur une activité spécifique d’une entreprise, ou sur sa situation générale. Ce passage au crible permet d’identifier les lacunes et les points forts de la société, afin de faire émerger une prise de conscience des problématiques auxquelles elle fait face. Lorsque la procédure porte sur l’étude des moyens déployés pour assurer la sécurité de l’infrastructure informatique, on parle alors d’audit de cybersécurité. 

Cette évaluation approfondie présente un triple objectif : 

  • La détection des vulnérabilités du système d’information, c’est-à-dire les failles de sécurité pouvant conduire à des cyberattaques,
  • L’analyse de l’efficacité des mesures de protection mises en place pour faire face aux risques cyber,
  • L’élaboration d’une liste d’axes d’amélioration destinée à renforcer le niveau de sécurité informatique. 

Cette démarche d’audit s’avère tout simplement primordiale à l’heure où la menace, toujours plus sophistiquée et protéiforme, donne des sueurs froides aux professionnels de la cybersécurité !

Quels sont les différents types d’audits de cybersécurité ? 

Lorsqu’il est entrepris de façon globale, l’audit de sécurité informatique s’intéresse à une variété d’aspects importants, couvrant aussi bien des enjeux techniques et organisationnels qu’humains. 

On distingue ainsi plusieurs catégories d’évaluations de cybersécurité, selon le champ couvert : 

  • Les audits de conformité : ils consistent à vérifier le respect des exigences réglementaires et normatives qui encadrent l’activité de l’entreprise, par exemple dans le cadre du cyberscore de la loi du 3 mars 2022, ou qui sont nécessaires à l’obtention d’une certification telle que l’ISO 27001
  • Les audits techniques : ils portent sur la recherche de failles cachées au sein de l’environnement informatique et la proposition d’actions de remédiation. Divers examens peuvent être réalisés, comme l’audit de code et la revue de configuration, ou encore les tests d’intrusion qui visent à simuler une attaque afin d’éprouver le système. 
  • Les audits organisationnels : ils jaugent les politiques de sécurité de l’organisme d’un point de vue global afin d’en mesurer le degré de maturité et de conformité. Le diagnostic couvre notamment le recueil d’informations auprès du personnel, l’analyse de documents et l’appréciation de la sensibilisation des collaborateurs aux risques cyber.    

Les audits complets de sécurité des systèmes d’information (SSI) sont souvent réservés aux grandes sociétés, pour des questions budgétaires. Cependant, il existe des alternatives pour les petites et moyennes entreprises, comme les audits flash ou encore Diag Cybersécurité, la solution d’accompagnement de Bpifrance. 

Autre information à avoir en tête : selon leurs objectifs, les audits de cybersécurité peuvent être effectués par le personnel en interne, ou par un tiers indépendant dans le cadre d’un audit externe.

Qui peut réaliser un audit de sécurité informatique ? 

Pour auditer leurs cyberdéfenses, les entreprises ont tout intérêt à se tourner vers des professionnelles et professionnels qualifiés afin de garantir une prestation de qualité. À titre indicatif, le label ExpertCyber constitue un excellent gage de fiabilité, comme l’indique le site cybermalveillance.gouv.fr. 

Il est également possible de solliciter des auditeurs et des auditrices qui détiennent, par exemple, l’une des certifications suivantes : 

  • Le certificat de professionnel en sécurité des systèmes d’information (CISSP), 
  • Le certificat d’auditeur des systèmes d’information (CISA), 
  • Le Certified Ethical Hacker (CEH). 

Quoi qu’il en soit, l’essentiel est que le prestataire d’audit possède les compétences requises pour assurer un accompagnement adapté dans la sécurisation des installations et des données informatiques de l’entreprise. 

Quelle méthodologie pour l’évaluation des systèmes d’information ?

Plusieurs approches sont envisageables pour la réalisation d’un audit de cybersécurité : 

  • L’audit en boîte blanche : ce scénario implique une totale transparence du client envers l’auditeur. En d’autres mots, le prestataire dispose d’un accès complet aux réseaux et aux informations de la société. 
  • L’audit en boîte noire : à l’opposé de la méthode boîte blanche, cet examen se déroule à l’aveugle afin de reproduire les conditions d’un piratage. L’auditeur se glisse ainsi dans la peau d’un véritable hacker qui ne connaît absolument rien de l’entreprise et cherche à pénétrer le réseau. 
  • L’audit en boîte grise : il se situe à mi-chemin entre les deux techniques précédentes, avec une accessibilité limitée aux données. 

Selon le mode opératoire choisi, le diagnostic comprend, entre autres : l’identification des actifs informatiques, l’analyse des risques, la remise d’un rapport d’audit détaillé, et la formulation de recommandations visant à améliorer la sécurité cyber. 

Pourquoi l’audit de cybersécurité est-il indispensable pour se protéger des attaques en entreprise ? 

Les conséquences d’une cyberattaque peuvent être désastreuses pour une société, et engendrer de lourdes pertes financières. D’où l’importance d’éliminer les failles de sécurité en construisant un bouclier impénétrable autour de ses actifs informatiques. Malgré cette réalité, les organisations sont encore loin d’être exemplaires en matière de cyberdéfense. 

En 2023, seule la moitié des entreprises interrogées par le Clusif ont pris la peine d’appliquer les correctifs majeurs ou recommandés pour leur système d’information. Et 84 % d’entre elles ne disposent pas d’un plan de continuité d’activité économique ! En cas d’incident grave, la pérennité de l’entreprise peut alors vite se retrouver en jeu… 

Dès lors, et même si « les hommes ne voient la nécessité que dans la crise » comme le rappelle le Clusif en citant Jean Monnet, mieux vaut ne pas attendre une situation d’urgence pour réagir. La bonne pratique pour anticiper tout piratage : l’audit de cybersécurité !

Lire aussi

Comment concilier cybersécurité et sobriété numérique ?

Technologie & Systèmes
13 février 2024

Confrontées à un univers cyber toujours plus menaçant, les entreprises doivent, dans le même temps, veiller à réduire l’empreinte environnementale engendrée par leurs activités et équipements numériques. La cybersécurité des entreprises peut-elle concilier efficacité et écoresponsabilité ? Les entreprises à la croisée des enjeux de sécurité et de préservation de…

Vidéosurveillance intelligente : quel avenir pour la surveillance vidéo assistée par intelligence artificielle ?

Technologie & Systèmes
30 janvier 2024

Alors que le recours à la vidéosurveillance intelligente dans l’espace public soulève des interrogations quant au respect des libertés fondamentales des individus, les autorités viennent d’indiquer qu’elle ne serait utilisée que de façon restreinte lors des JO de Paris 2024. Elles n’y ont finalement pas eu recours lors de la…

La cybersécurité des infrastructures critiques, un enjeu d’importance nationale

Technologie & Systèmes
23 janvier 2024

Télécommunication, santé, services financiers, énergie, agriculture… La France compte 300 entreprises et organismes publics et privés considérés comme des infrastructures critiques. Les autorités françaises parlent d’Opérateurs d’importance vitale (OIV), parce qu’ils sont jugés essentiels au bon fonctionnement de l’Etat et de son économie. Pourquoi leur protection cyber est-elle essentielle ? Comment…