Abonnez-vous à notre
Newsletter

L’AN2V lève le voile sur l’avenir de la sécurité électronique

Quand 300 professionnels de la sécurité électronique envisagent leur secteur dans 10 ans, cela donne l’enquête Pixel. Réalisée par l’Association nationale de vidéoprotection (AN2V), lors de la Nuit de l’AN2V, en janvier 2019, cette étude annuelle nous plonge dans le monde de la sécurité de 2029. Voici, en infographie, les résultats de ce brainstorming géant, garanti sans science-fiction.

 

Et si le futur de la sécurité électronique ne se révélait pas aussi terrifiant que la science fiction à la Minority Report peut le laisser croire ? C’est en tous cas ce qui ressort du brainstorming géant organisé par l’AN2V, auprès de quelque 300 acteurs français du secteur en janvier 2019 lors de la Nuit de l’AN2V. L’objectif de cette consultation ? Faire un peu de prospective à 10 ans, pour vérifier si les combats de l’AN2V pour structurer le monde de la sécurité électronique sont sur la bonne voie. Le think tank a rassemblé les résultats, dans une enquête publiée au sein de son guide Pixel.

Résultat, dans les grandes lignes ? Les professionnels restent confiants dans le fait que la sécurité électronique s’appuiera toujours sur le facteur humain et sur un encadrement juridique fort. Tous sont en effet persuadés que l’absence de cadre légal pour les nouvelles technologies ou la protection de la vie privée constituent des écueils à éviter à tout prix, dans les années à venir.

S’il est une technologie qui retient l’attention de tous les acteurs de la sécurité électronique, c’est bien l’intelligence artificielle. À la question « qu’est-ce qui aura changé à coup sûr dans 10 ans ? », le premier élément cité par les professionnels est l’IA pour 39 %. D’ailleurs, une grande partie (23 %) des répondants estiment que les changements ont déjà commencé. Beaucoup craignent notamment que la technologie soit laissée à la libre conscience des GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon). C’est pourquoi ils souhaitent à tout prix jouer sur le levier juridique pour encadrer la technologie et protéger la vie privée des citoyens. Pour une grande partie des professionnels (28 %), cette évolution doit passer par des actions politiques, comme celles menées par  l’AN2V. 

Outre les aspects réglementaire, les professionnels conservent par ailleurs quelques inquiétudes quant à  l’évolution des mentalités ou encore aux compétences métiers. 

Rendez-vous en 2029 pour vérifier si ces projections étaient les bonnes !