Le secteur de la sécurité vit un petit bouleversement depuis quelques années. Peu à peu, les caméras thermiques se démocratisent, et envahissent jusqu’à la plus petite concession automobile, alors qu’elles étaient auparavant réservées aux sites sensibles. Le point sur cette évolution du marché avec Thierry Assant, Distribution Area Manager chez FLIR, le leader mondial de ces technologies.

Leurs promesses ont de quoi faire rêver les acteurs de la sûreté et de la sécurité. Détection en temps réel – et même de nuit – des gaz, des départs de feu, des activités suspectes… Les caméras thermiques offrent d’innombrables applications au secteur de la sécurité privée. Historiquement, ces technologies se destinaient à un marché clé : le militaire, et les sites ultrasensibles comme les installations nucléaires. Le tout, sous la houlette d’un pionnier : la société FLIR, créée en 1978.

Aujourd’hui, l’entreprise approche la barre des 2 milliards de dollars de chiffre d’affaires annuel. Leader, FLIR a su surfer sur le boom sans précédent de ses technologies. « Depuis quelques années, nous assistons à une “démocratisation” de nos technologies. De plus en plus de petites et moyennes entreprises cherchent à s’équiper. Là où nous équipions uniquement des sites Seveso [les sites les plus à risque, NDLR] et militaires par le passé, nous devons désormais concevoir des produits pour de petites concessions automobiles, par exemple », détaille Thierry Assant,  Distribution Area Manager chez FLIR.

Et la tendance semble loin de s’arrêter. Selon le cabinet Markets and Markets, le marché de l’imagerie thermique va connaître une croissance de 6,2 points d’ici 5 ans. Il pèsera alors 4,6 milliards de dollars, au niveau mondial. Plusieurs raisons expliquent cette insolente santé.

Raison n° 1 : l’apparition de nouveaux acteurs

« Historiquement, FLIR était pratiquement seule sur son marché. Il y a six ou sept ans, nous avons pourtant assisté à l’arrivée de concurrents. Et cela a tout changé », témoigne Thierry Assant. De nouveaux venus, comme la société Axis, ont donné un grand coup de pied dans la fourmilière des technologies thermiques, avec des produits d’entrée de gamme, moins chers. Moins perfectionnées, ces caméras thermiques ont tout à coup été accessibles à des entreprises qui n’ont pas le budget sécurité d’un site nucléaire ou de l’armée. Conséquence : FLIR s’est rapidement alignée, en développant sa propre gamme de produits plus accessibles pour cette nouvelle cible, notamment via la création d’un site de production en Estonie.

Raison n° 2 : l’intelligence artificielle

Parallèlement, l’intelligence artificielle a connu un essor sans précédent, affinant encore davantage la précision des alertes automatiques remontées par les caméras thermiques. De quoi proposer des produits plus précis et plus performants, pour séduire davantage d’entreprises. Par exemple, les caméras de FLIR embarquent des solutions de plus en plus performantes pour détecter et différencier les êtres humains des autres mouvements de l’image.
De surcroît, les applications des caméras thermiques embarquant des algorithmes d’IA se révèlent de plus en plus nombreuses. FLIR se positionne déjà sur le marché de la voiture autonome et de la smart city. La société développe des caméras qui identifient en temps réel le comportement des véhicules et des individus sur la route. De quoi booster encore la croissance du secteur.

Raison n° 3 : l’actualité marquante

L’autre raison – plus particulière à la France – qui explique la hausse des ventes de caméra thermique est liée à une série de faits marquants « Il y a eu plusieurs événements en 2015 et 2016 qui ont provoqué une réaction pour la plupart des sites sensibles du pays », relate Thierry Assant. Vol d’explosifs dans un dépôt militaire de Miramas (Bouches-du-Rhône), incendie volontaire dans un site pétrochimique de Berre L’Etang… ces intrusions graves ont provoqué une onde de choc jusqu’au sommet de l’Etat. Dans les mois qui ont suivi, les autorités ont demandé des audits pour plusieurs sites sensibles. Dans la foulée également, l’ensemble des installations militaires et sensibles du pays décident de renforcer leur dispositif de sécurité, notamment via l’installation de davantage de caméras thermiques et de radars. De quoi mieux identifier les risques en temps réel. Quoi qu’il en soit, l’avenir de ces technologies semble au beau fixe.

Lire aussi

L’Afrique du Sud : le pays aux 2 millions
d’agents de sécurité privée

Vue de la ville du Cap en Afrique du Sud
Métiers & Formations
11 janvier 2022

L’Afrique du Sud compte plus d’agents privés que de policiers. Et les effectifs, face à une flambée de la violence, sont en constante augmentation depuis la crise sanitaire. Les autorités sud-africaines ont pris le sujet à bras le corps en publiant, en octobre 2021, une loi visant à professionnaliser et…

« Si l’on formait plus de monde à la négociation,
on éviterait bon nombre de crises ! »

groupe de travail négociation
Métiers & Formations
7 décembre 2021

De plus en plus de secteurs et métiers ont recours aux techniques de négociation utilisées dans la sûreté. Et la crise sanitaire a encore exacerbé le phénomène. Formation, enjeux, spécificités françaises et tendances actuelles : Laurent Combalbert – ancien policier du RAID, négociateur professionnel, dirigeant de l’agence TTA (The Trusted…

Ouvrir le marché de la défense et de la sécurité
aux start-up : le pari réussi du GICAT

équipe militaire défense drone innovation
Métiers & Formations
23 novembre 2021

Pour innover plus vite et cibler plus facilement des marchés en France et à l’étranger, le GICAT (Groupement des industries françaises de défense et de sécurité terrestres et aéroterrestres) a créé GENERATE en 2017 à destination de start-up françaises. Pour RNM+S, François Mattens, directeur des affaires publiques et de l’innovation…