Avril 2019, Notre-Dame de Paris est ravagée par les flammes. Un an plus tard, la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul brûle sous les yeux des Nantais et Nantaises. Afin de préserver les cathédrales de France des incendies, le ministère de la Culture lance en 2020 le plan d’action « sécurité des cathédrales ». En 2023, c’est l’heure du premier bilan ! Si les résultats sont positifs, l’État annonce la poursuite des efforts avec un renforcement de l’opération, nécessaire pour combler les lacunes actuelles.

Les principales mesures du plan d’action « sécurité des cathédrales »

Le plan de sécurité des cathédrales, mis au point en 2020, est né à la suite du terrible incendie qui a frappé Notre-Dame de Paris le 15 avril 2019. Son objectif : garantir un niveau de sécurité suffisant dans les 89 cathédrales, basiliques et églises appartenant à l’État, afin d’assurer la protection des personnes et la préservation du patrimoine religieux. 

À cet effet, la version initiale du programme liste 47 actions, réparties en 8 catégories : 

  • Limiter les risques de départ de feu. 
  • Diminuer les risques de développement et de propagation d’un incendie. 
  • Faciliter l’intervention des sapeurs-pompiers. 
  • Entretenir des relations privilégiées avec les services de secours. 
  • Encadrer les conditions de mise en œuvre des différentes activités au sein des édifices religieux. 
  • Réduire les conséquences en cas d’incendie. 
  • Renforcer la formation des acteurs sur les enjeux de sécurité incendie. 
  • Mettre en place des outils de gestion et des mesures organisationnelles. 

Installations électriques défectueuses, mauvaise exécution de travaux par points chauds, stockage de cartons de cierges sous le présentoir à bougies… autant de causes de sinistres que le plan d’action entend contrecarrer. 

Premier bilan en 2023 : des résultats concrets dans les cathédrales de France

Après trois ans de déploiement, la ministre de la Culture Rima Abdul Malak dresse un constat positif en avril 2023. « Les résultats sont bons puisqu’en 3 ans, bien plus a été fait qu’en 30 ans », explique-t-elle. 

La sécurité globale des cathédrales a été considérablement améliorée au fil des mois, le plan d’action commence à porter ses fruits. En effet, 5 cathédrales supplémentaires jouissent aujourd’hui d’un niveau de sécurité élevé, portant à 20 le nombre d’édifices hautement sécurisés. De la même façon, 61 cathédrales se situent au seuil réglementaire, soit 6 de plus qu’en 2020. 

Les résultats sont bons puisqu’en 3 ans, bien plus a été fait qu’en 30 ans

Rima Abdul Malak, ministre de la Culture

Par ailleurs, 66 de ces monuments historiques disposent désormais d’un plan de sauvegarde des biens culturels, destiné à la protection et l’évacuation des œuvres en cas d’incendie. En 2019, seules 13 cathédrales possédaient ce précieux document. 

Alors que la restauration de Notre-Dame de Paris se poursuit, plusieurs édifices ont bénéficié du plan d’action « sécurité des cathédrales » au cours des trois dernières années. C’est le cas de la cathédrale d’Amiens, « qui pourrait servir d’exemple », selon les mots du recteur Don Régis Evain. Cloisonnement des combles, installation de colonnes sèches et pose de caméras thermiques font partie des travaux réalisés pour améliorer la surveillance, et limiter les conséquences en cas de sinistre. 

Les chantiers foisonnent aussi dans le Grand Est, où les cathédrales s’équipent progressivement en systèmes d’alarme et de détection incendie. Côté Sud-Ouest, l’édifice bayonnais est dans le viseur de l’État, en raison de sa disposition particulière. Située dans le Vieux Bayonne, la cathédrale Sainte-Marie est encerclée de bâtiments, ce qui la rend difficile d’accès. 

Les nouvelles actions pour renforcer la sécurité des édifices religieux 

Malgré les avancées incontestables, des « failles subsistent » et « la sûreté et la sécurité restent le talon d’Achille du système », précise le rapport d’information de la Commission des finances. En 2023, le ministère de la Culture consacre ainsi une nouvelle enveloppe budgétaire de 12 millions d’euros pour la sécurité incendie. Elle s’ajoute aux 25 millions déjà débloqués à cet effet. 

Des failles subsistent

Conséquence, le plan de sécurité des cathédrales s’enrichit de 11 actions, parmi lesquelles figurent :

  • Le déploiement systématique de caméras thermiques, qui permettront de repérer les zones de chaleur avant même l’émission des fumées d’incendie,
  • Le retrait des installations électriques à risques, si elles sont non essentielles au fonctionnement des édifices, ou à leur conservation, 
  • La conduite d’audits de sécurité-sûreté approfondis pour l’ensemble des monuments religieux concernés. 

Dans le rapport d’information présenté à l’Assemblée nationale, le rapporteur spécial plaide également pour une extension du plan d’action aux anciennes cathédrales détenues par les collectivités. En effet, près de 90 cathédrales appartiennent aux communes françaises. Les enjeux en matière de sécurité incendie étant identiques, ces édifices auraient tout intérêt à profiter du plan d’action gouvernemental… Affaire à suivre.

Lire aussi

À deux mois de l’événement, l’organisation des JO se heurte à la réalité structurelle du secteur de la sécurité privée

Sécurité & Sûreté humaine
28 mai 2024

Ce sont pas moins de 18 000 agents de sécurité privée en moyenne qui devront être quotidiennement mobilisés pour répondre aux besoins sécuritaires des Jeux olympiques de Paris 2024. Tandis que du côté de l’organisation, on se veut publiquement rassurant, il se murmure en coulisses que le nombre requis pourrait…

L’Europe renforce son arsenal de lutte contre la criminalité environnementale

Sécurité & Sûreté humaine
14 mai 2024

Le 27 février 2024, les députés européens ont voté pour l’application d’une directive élargissant la liste des infractions environnementales et durcissant les sanctions à l’encontre de leurs auteurs. Une démarche entreprise dans le but d’enrayer la croissance de la criminalité environnementale, qui figure parmi les activités illégales les plus lucratives…