Le 1er octobre 2024, toutes les entreprises du secteur de la sécurité privée devront avoir intégralement renouvelé la garde-robe de leurs agents. C’est en effet à cette date, quelques semaines après la fin des Jeux olympiques, qu’entrera en vigueur l’arrêté du 18 juillet 2023 relatif aux tenues des agents privés de sécurité. Une mesure qui a secoué la profession et qui fait très largement débat en son sein. Au-delà de la problématique des délais et du flou qui entoure la mise en application de cette nouvelle réglementation, se pose également une épineuse question : celle des coûts engendrés par une telle décision.

À six mois de l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation, il est toujours difficile d’y voir clair. L’objectif de ce fameux arrêté du 18 juillet 2023 ? Harmoniser et homogénéiser l’apparence des professionnels et professionnelles de la sécurité privée pour les rendre facilement identifiables. À l’image, par exemple, de l’uniformité des tenues des gendarmes, policiers et policières.

Une réforme qui impose aux entreprises du milieu de rénover la garde-robe de chacun de ses agents de sécurité, afin que tous les vêtements de leur tenue arborent les nouveaux éléments rendus obligatoires (numéro de carte professionnelle, logo ou nom de l’entreprise…). Une opération aux implications logistiques et financières lourdes. 

Un délai trop serré, une mesure inadaptée

La mesure interroge. Sur le timing imposé d’abord, sur sa pertinence ensuite. D’importants membres du milieu de la sécurité privée tentent d’obtenir une extension du délai, jugé trop court pour accomplir tous les changements imposés d’ici octobre ; ainsi que des aménagements aux conditions d’application du texte, qui sur bien des aspects semble faire fi de la réalité du métier. La sécurité privée revêt en effet bien des visages et peut s’exercer dans des milieux radicalement différents, chacun répondant à ses propres codes et exigences. Quid du secteur du luxe par exemple, dans lequel l’apparence et l’image de marque sont primordiales ? Comment conserver l’élégance et la discrétion inhérentes à ce secteur tout en accolant un gigantesque “SÉCURITÉ” sur le costume de ses agents ? 

Afin de correspondre davantage aux spécificités de certains secteurs, des modalités de l’arrêté du 18 juillet 2023 peuvent-elles évoluer d’ici leur entrée en application ? Affaire à suivre.

Sur bien des aspects, l’arrêté du 18 juillet 2023 relatif aux tenues des agents privés de sécurité semble faire fi de la réalité du métier.

Une mesure coûteuse pour les entreprises

Autre interrogation, et non des moindres : qui va payer la facture ? Car outre la contrainte organisationnelle qu’incarne l’arrêté du 18 juillet 2023, il représente également un coût qui peut vite s’avérer très élevé. Chaque agent doit disposer de plusieurs exemplaires de sa tenue pour pouvoir travailler tous les jours, a également accès à une déclinaison estivale de son uniforme afin de pouvoir exercer dans de bonnes conditions en cas de forte chaleur… Chaque membre du personnel de terrain implique ainsi la production de plusieurs tenues complètes, que devront acheter les entreprises sous peine de ne pas être en accord avec la nouvelle réglementation. Les acteurs du secteur se voient ainsi imposer une dépense incontournable, et potentiellement importante. 

Un coût écologique également élevé

Autre aspect contesté de la mesure : ses conséquences écologiques. La nouvelle réglementation va rendre les tenues actuelles obsolètes et inutilisables par leurs propriétaires dans le cadre de leur métier.

Les remplacer implique pour les entreprises de s’en débarrasser. Un impact environnemental certain, qui peut toutefois être atténué par la valorisation et le recyclage de ces uniformes. 

Néanmoins, outre son coût économique, cette réforme engendre également un coût écologique important qui, comme tant d’autres éléments, pose question.

Lire aussi

À deux mois de l’événement, l’organisation des JO se heurte à la réalité structurelle du secteur de la sécurité privée

Sécurité & Sûreté humaine
28 mai 2024

Ce sont pas moins de 18 000 agents de sécurité privée en moyenne qui devront être quotidiennement mobilisés pour répondre aux besoins sécuritaires des Jeux olympiques de Paris 2024. Tandis que du côté de l’organisation, on se veut publiquement rassurant, il se murmure en coulisses que le nombre requis pourrait…

L’Europe renforce son arsenal de lutte contre la criminalité environnementale

Sécurité & Sûreté humaine
14 mai 2024

Le 27 février 2024, les députés européens ont voté pour l’application d’une directive élargissant la liste des infractions environnementales et durcissant les sanctions à l’encontre de leurs auteurs. Une démarche entreprise dans le but d’enrayer la croissance de la criminalité environnementale, qui figure parmi les activités illégales les plus lucratives…

Incendie de Notre-Dame : 5 ans après,
quels enseignements tirés du drame ?

Sécurité & Sûreté humaine
16 avril 2024

Le 15 avril 2019, l’incendie de Notre-Dame de Paris a cruellement mis en lumière la vulnérabilité des édifices religieux. Ossatures et charpentes en bois, mobiliers, décors ou encore configuration des lieux parfois inadaptée constituent autant de talons d’Achille face à la menace des flammes. Cinq ans après le sinistre, la…