C’est une des conséquences inattendues de la pandémie de Covid-19. Depuis des mois, les chaînes d’approvisionnement mondiales sont sous tension, dans tous les domaines. Une pénurie mondiale de certaines matières premières et certains composants électroniques affecte tous les secteurs. Et la sécurité n’est pas épargnée. 

Après les confinements successifs à travers le globe, la reprise économique aura surpris tout le monde. Dans la zone euro, après la récession de 6 points en 2020, les autorités européennes tablent désormais sur une croissance de plus de 5 points en 2021, et de 4 points en 2022. Une situation inédite sur le continent, qui était habitué à des taux de croissance proches de 1 %. 

Problème : les mises à l’arrêt forcées des industries lors des confinements ont ralenti la production mondiale de matières premières, et de certains composants. Difficile pour ces producteurs de matières premières de rattraper la demande, en hausse avec la reprise économique. Résultat : les pénuries de matériaux se font ressentir dans de multiples secteurs d’activités. En mai 2021 déjà, la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) avait interrogé plus de 2 000 dirigeantes et dirigeants de TPE et PME françaises. Parmi eux, 28 % disaient subir directement la pénurie de matières premières. Pire : 59 % subissaient déjà les hausses de prix dues à cette raréfaction des matériaux. Et tous les secteurs semblent dans la tourmente, sécurité comprise. 

La sécurité incendie broie du noir

Première victime : la sécurité incendie. La Fédération française des métiers de l’incendie (FFMI) sonnait l’alerte dès juin dans une note enflammée. Selon elle, les prix de l’acier (très utilisé dans les extincteurs, les systèmes d’extinction automatiques ou encore les portes coupe-feu) ont doublé entre 2020 et 2021. Quant à l’aluminium, le plastique, le cuivre, le laiton (en lingot), ils ont eux aussi connu des hausses de prix entre 10 et 40 %. Autant de matières utilisées par les fabricants de dispositifs de sécurité incendie. Et ce n’est pas tout. Le transport même des matières premières connaît des hausses de prix considérables : + 21 % en 2021, selon Bolloré Logistics. En cause toujours : la reprise économique, et la forte demande soudaine en matières premières, qui crée des embouteillages dans les ports du monde entier. Devant le manque de conteneurs disponibles pour transporter cette manne, les factures s’envolent. 

Or, difficile pour ces entreprises de répercuter les hausses de prix sur les distributeurs, qui se sont protégés avec des contrats solides. Les fabricants doivent donc absorber le choc, et réduire drastiquement leurs marges. Pour éviter que ces sociétés se retrouvent en difficulté, le FMI plaide notamment pour l’introduction d’une clause d’indexation sur le prix des matières premières dans les contrats. La négociation promet d’être âpre entre les professionnels du secteur.

Les cartes de la défense rebattues face à la pénurie de semiconducteurs 

Même cause, mêmes effets pour le secteur de la défense. Cette fois-ci, ce sont les semiconducteurs qui sont en cause. Ces puces électroniques sont présentes dans d’innombrables produits high-tech (ordinateurs, téléphones, voitures, montres, objets connectés, etc.), et dans certains équipements de défense comme les drones militaires et les avions. Et eux aussi subissent des pénuries massives, après les fermetures d’usines dues aux confinements, puis la reprise soudaine de la demande. Dans l’industrie automobile par exemple, le cabinet IHS Markit estime que la production mondiale de voitures devrait chuter de 12 % en 2021 à cause de cette pénurie. Cela représente 10 millions de véhicules qui ne pourront pas sortir des lignes de production !

Le monde entier se rend enfin compte de la précarité de la situation.

Pat Gelsinger, CEO d’Intel

Dans l’industrie de la défense, cette crise des semiconducteurs a soudainement jeté une lumière crue sur l’approvisionnement de ces produits fondamentaux. En effet, plus de 50 % de la production mondiale est générée par le taiwanais TSMC. Le reste du marché se partage entre les Coréens (Samsung), les Américains et quelques entreprises européennes (à peine 8 % de part de marché). Or, difficile pour une industrie aussi stratégique que la défense de dépendre d’une seule source d’approvisionnement, surtout en pleine période de tension entre la Chine et les États-Unis autour du sort de Taiwan. « Le monde entier se rend enfin compte de la précarité de cette situation », soulignait ainsi Pat Gelsinger, le dirigeant d’Intel, à Yahoo!

Les tensions autour du statut de Taiwan rebattent les cartes de l’industrie des semiconducteurs.

Pour y remédier, les États multiplient les annonces pour relocaliser la production de semiconducteurs (en particulier ceux utilisés dans la défense). Au Japon, un programme à plus de 320 millions d’euros a été lancé avec Canon, Tokyo Electron et Screen Semiconductor Electron pour produire les précieux semiconducteurs sur le sol nippon. Outre Atlantique, le Pentagone casse également la tirelire avec une enveloppe de près de 30 milliards de dollars. Côté européen, en revanche, les débats font rage. Les différents chefs d’État ne s’accordent pas encore sur la stratégie à adopter : soit continuer à développer une filière de semiconducteurs pour des marchés de niche, ou se lancer dans une production de masse. Affaire à suivre.

La sécurité numérique anticipe le pire 

Troisième secteur fortement concerné par la pénurie mondiale de matières premières : la sécurité numérique. Là encore, le manque de puces électroniques alarme les professionnels. Le groupement d’experts Eurosmart, qui travaille avec la Commission européenne, alerte ainsi sur les risques liés à la pénurie de puces. Certaines d’entre elles sont, en effet, largement utilisées pour sécuriser des opérations numériques, en étant intégrées dans les cartes bancaires, les cartes SIM des téléphones, certains objets connectés et les nouvelles cartes d’identité. Face à la pénurie, les prix grimpent, et les expertes et experts d’Eurosmart craignent (à demi-mot) que les fabricants délaissent ces puces de sécurité. Ceci, pour la plus grande joie des hackers du monde entier, qui profiteraient bientôt d’équipements plus facilement piratables. Plus que jamais, le groupement en appelle donc à la mobilisation des entreprises du secteur pour continuer à renforcer la sécurité de leurs équipements, malgré la pénurie. Un long combat en perspective. 

Lire aussi

Les drones, une solution
pour combler le manque
d’agents de sécurité ?

drone au dessus de la mer
Technologie & Systèmes
29 novembre 2022

Recherche agents de sécurité, désespérément. Le constat est sans appel : la sécurité privée manque de bras, et les candidates et candidats ne se bousculent pas au portillon. Et si les drones, ces petits appareils volants bourrés de technologie, pouvaient prendre en charge des missions de surveillance, et résoudre les…

Le métavers aura-t-il, lui aussi,
son double maléfique, le darkverse ?

structure faite par technologie digitale
Technologie & Systèmes
18 octobre 2022

Des spécialistes en cybercriminalité en ont la conviction. Le métavers, ce nouvel espace en ligne basé sur la réalité virtuelle, aura son pendant illégal. Au Web classique son dark Web et ses activités illicites, au métavers, le darkverse. Mais à quoi faut-il vraiment s’attendre dans les arrière-boutiques sombres du darkverse…

Cybersécurité : que deviennent
les données volées en ligne ?

Un hacker tentant de hacker un système de sécurité
Technologie & Systèmes
11 octobre 2022

Les données personnelles et professionnelles représentent un Graal très attractif pour les pirates du Net. Et pour cause : dans le monde, le coût de la violation de données représente près de 4,3 millions d’euros (4,35 millions de dollars) en moyenne par incident, selon IBM. Pourquoi ces données ont-elles un…