Abonnez-vous à notre
Newsletter

Que pensent les Français du secteur de la sécurité privée ?

La Fédération française de la sécurité privée (FFSP) a mené l’enquête avec l’institut Ifop pour comprendre le regard des Français sur la sécurité privée. D’années en années, les résultats reflètent la vision positive des citoyens sur le secteur. Décryptage en infographie.

infographie décrivant le regard des français sur le secteur de la sécurité privée

Les acteurs de la sécurité privée ont de quoi se réjouir. Les derniers résultats de l’enquête de la Fédération française de la sécurité privée (FFSP) avec l’institut Ifop démontrent une nette augmentation de la confiance des Français envers le secteur. Entre 2017 et 2019, cette confiance a grimpé de 11 points. Record battu. 

Et le constat est similaire pour toutes les missions de la sécurité privée : 3 points de confiance supplémentaire sur la surveillance de bâtiments ainsi que sur les fouilles ; 5 points gagnés pour les missions de renseignement… Globalement, la grande majorité des missions des sociétés de sécurité privée (enquêtes privées, fouilles, palpation, surveillance, etc.) sont vues de manière positive par les Français. Rien d’étonnant dès lors à ce que les sondés souhaitent que le secteur renforce son influence sur ses missions régaliennes : protection des biens, lutte contre la délinquance, contre le terrorisme, surveillance de lieux et des événements, etc. Sur ce point, les Français rejoignent la volonté des acteurs de la sécurité privée de créer un véritable continuum de sécurité entre le public et le privé : faire en sorte que tout le monde collabore, sans frein ni barrière. “La sécurité privée doit prendre une part active dans le dispositif de sécurité intérieure du pays”, rappelait  ainsi Claude Tarlet, dans un article rédigé l’occasion des deux ans de la Fédération française de la sécurité privée (FFSP), dont il est le président. Seul bémol de l’enquête : le port d’arme par les agents de sécurité privé reste assez mal perçu. 56 % des répondants le voit d’un mauvais œil, un chiffre en hausse par rapport à l’an passé. 

Plus surprenant : malgré les idées reçues et les peurs liées à la robotique, la confiance semble être au rendez-vous vis-à-vis des nouvelles technologies. Les robots, drones et consorts sont plutôt bien vus par les sondés. 82 % pensent que ces dispositifs sont désormais indispensables et 74 % jugent même qu’ils seront créateurs d’emplois. Le mythe des technologies terrifiantes à la Minority Report serait-il en train de disparaître ?